Longueur d’ondes : histoire d’une radio libre

« Ce spectacle raconte un événement très important de la fin du 20ème siècle : la disparition de l’industrie sidérurgique en France, la fermeture des usines de Longwy, en Lorraine. La lutte des travailleurs, de leur famille et de tout un territoire est emblématique de la Culture ouvrière. La création en 1979 d’une radio libre est un exemple de démocratie à une époque où la radiodiffusion était encore un monopole de L’État. »

Grâce à notre partenariat et au financement de l’Hectare – Scène conventionnée de Vendôme, 10 classes du lycée Ampère (soit environ 150 élèves, en priorité des 1ère Bac Pro et des CAP pour qui le thème du monde ouvrier est au programme d’histoire) ont pu recevoir, lundi 9 avril, dans l’amphithéâtre du lycée, la Compagnie trois-six-trente. Deux représentations successives ont été organisées. Mêlant des interprétations sur scène et des témoignages d’archives, ce spectacle retrace les 16 mois de vie de Radio Lorraine Cœur d’Acier. Destinée à être le média du combat des ouvriers pour préserver leurs emplois et leur dignité, elle a transcendé cette lutte, pour devenir une véritable radio de « libre expression ».

Avant la représentation, Louise Sadoc et Edouard Clément (Hectare) ont présenté aux élèves  le contexte historique et le contexte esthétique du spectacle.

La forme du spectacle est inspirée d’un art du conte très populaire au Japon : le Kamishibai, littéralement « pièce de théâtre sur papier » : le narrateur raconte une histoire en faisant défiler de grands dessins glissés dans un castelet en bois. Les illustrations ont été spécialement créées pour le spectacle par l’artiste Paul Cox. Un studio radio a été reconstitué sur scène, rappelant le studio clandestin installé dans la mairie de Longwy en 1979.

Cette photo d’archives présente le studio de Radio Lorraine Cœur d’acier, tel qu’il était installé en 1979.

Les deux comédiens Marie-France Rolland et Hugues de La Salle prêtent leur voix aux nombreux participants de Radio Lorraine Cœur d’Acier. Ils sont accompagnés sur scène d’un régisseur général : Thomas Clément.

Le Kamishibai évolue tout au long du spectacle, actionné par les deux comédiens : un tableau haut en couleurs et en symbolique

Suite au spectacle, échange entre les élèves et les membres de l’équipe : Bérangère Vantusso, metteur en scène (à droite) s’est prêtée au jeu des questions/réponses

…et suite au spectacle : il faut ranger toutes les illustrations dans le Kamishibai géant !

Merci à l’Hectare et à la Compagnie trois-six-trente pour ce beau moment de spectacle vivant !

(article en partie créé sur la base d’extraits du dossier pédagogique communiqué par l’Hectare)

 

Publié dans Actualités