Nouvelle session de formation aux « Techniques d’Intervention Sûreté » (1BCPMS)

Sébastien Gastel, agent et instructeur de la Sûreté Générale de la SNCF mais également formateur auprès des services de sécurité publique (ex : peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie) a proposé une nouvelle session de formation aux « Techniques d’Intervention Sûreté » dans l’enceinte du gymnase. Après deux jours auprès des CAP2 Agent de sécurité en octobre dernier, il a encadré, le mardi 10 novembre 2015, la classe de première bac pro métiers de la sécurité.
Les interventions se font dans le cadre juridique strict, amené en amont par le professeur. Sébastien a vérifié les acquis au début de la formation :
– Tout individu a légitimité pour intervenir en cas de délit ou crime flagrants (qui se commet ou qui vient de se commettre), qui peut être issu par exemple de la clameur publique « Au voleur, au voleur », de la présence de traces et indices, et de le conduire auprès d’un officier de police judiciaire. Il est donc important de savoir repérer tout fait d’ordre contraventionnel et qui ne rentre donc pas dans ce cadre.
– La légitime défense est définie dans un cadre d’attaque qui doit être injuste en droit, réelle (ne pas présumer de quelque chose qui n’a pas eu lieu), actuelle et dans un cadre de riposte aux caractéristiques suivantes : concomitante (réponse à actuelle), proportionnelle à l’attaque, nécessaire (pas d’autre solution).
– Les conditions d’entrave à la liberté de circulation : si la personne présente un danger pour elle-même ou autrui ou si la personne est susceptible de prendre la fuite.
Sébastien Gastel a ensuite entamé les positions d’approche d’un individu avec la technique de triangulation. Chaque agent a une mission précise : la médiation, la protection, la gestion de l’environnement et des relations radio, doit veiller à sa propre protection et à celle de son ou de ses collègues.
Les techniques de moyens de contrôle de l’individu s’enchaînent au cours de la formation. Chaque technique est dissociée dans un premier temps pour arriver à un enchaînement qui va du positionnement jusqu’à l’entrave à la liberté de circulation. Chaque geste a son importance pour que l’intervention ne devienne par un fait de violence vis à vis de l’individu.
Une deuxième journée est programmée en janvier, février qui permettra de mettre en application les techniques : interpellation après les lignes de caisse, gestion de mouvements d’individus qui pénètrent dans un local.
Ce partenariat concrétisé par le convention entre le Lycée Ampère et la SNCF, approuvée au premier  conseil d’administration de cette année scolaire, constitue une réelle opportunité d’approche encadrée des gestes et techniques professionnels d’intervention (GTPI) définies dans le référentiel du bac pro. Il ne s’agit en aucun cas d’une initiation stricto sensu au self défense. Les lycéens sont bien sensibilisés au fait que les techniques ne doivent en aucun cas être reproduites au lycée ou dans la vie quotidienne.
La base documentaire est constituée par un large choix de vidéos et de photos prises par leur professeur. Les lycéens ont pour objectif de maintenir leurs acquis par la mise en forme de fiches techniques à partir de ces ressources. Ces fiches doivent leur permette une meilleure appropriation de la notion de processus professionnel au cœur d’une épreuve orale du baccalauréat que les élèves passeront en juin 2017 devant un jury de professionnels.

Publié dans Actualités