A Vendôme, deux lycéens d’Ampère se préparent au concours des meilleurs apprentis de France ( MAF)
17 février 2021 / La vie au lycée

A Vendôme, deux lycéens d’Ampère se préparent au concours des meilleurs apprentis de France ( MAF)

Maxence Henri et Nathan Legatelois avec Yvan Jolly et leurs camarades Zoélien Bethuleau, Esteban Corfmat et Benjamin Bastos.
© Photo NR

Seront-ils parmi les prochains médaillés des Meilleurs apprentis de France ?

Maxence et Nathan, élèves menuisiers au lycée Ampère, s’y préparent.

Cours en distanciel ou en présentiel, peu leur importe. Depuis une semaine, ces élèves du lycée professionnel et des métiers André Ampère savent que leur candidature est retenue pour participer au prestigieux concours des meilleurs apprentis de France (Maf), copié sur celui des meilleurs ouvriers de France (Mof). « Qu’on soit ou pas à la finale parmi les médaillés, c’est déjà un beau challenge de participer ! Et si on arrive à franchir les sélections départementales et régionales avec une médaille d’or, on sera déjà très fiers. Alors, il nous faut bien préparer l’épreuve et, comme le Covid nous empêche d’avoir cours normalement, il faut travailler encore plus ! »
Entre 200 à 260 heures de travail. Rencontrés mercredi alors qu’ils auraient dû être chez eux en distanciel, malgré la neige du matin qui a suspendu les transports scolaires, Maxence est venu de Montoire pour continuer à travailler son épure. Nathan, interne domicilié près de Blois, est aussi penché sur ses plans. À leurs côtés, Yvan Jolly, professeur-référent, qui, avec son collègue Pierre-Yves Prudhomme, encadre ces élèves de deuxième année bac pro menuiserie. « L’année dernière, pour réaliser des portillons, thème de l’épreuve, il avait fallu 260 heures de travail en plus de l’activité scolaire pour les deux élèves retenus. Cette année, pour un meuble porte-manteaux avec miroir, j’estime le temps nécessaire à près de 200 heures, ce qui demande toujours une grande implication des candidats. »
Les élèves doivent tout faire pour répondre à un cahier des charges très précis avant de livrer un dossier technique détaillé et leur chef-d’œuvre qui seront évalués par un jury de menuisiers professionnels. « Pour cette quatrième année de participation du lycée Ampère, cinq élèves souhaitaient être candidats contre un seul la première année, Rémi, qui avait d’ailleurs été jusqu’au national. Cette année, comme nous ne pouvons encadrer que deux élèves, car c’est aussi du travail supplémentaire pour nous les encadrants, ce sont les candidats qui se sont sélectionnés entre-eux, par un travail qui leur permettait de gagner ou pas leur place », précise Yvan Jolly, soulignant que l’implication de l’élève est tout aussi importante que son niveau. « C’est en effet beaucoup de travail d’ici la mi-mai ! »
Mercredi, encore au tout début de leurs calculs, le temps qu’il faudra consacrer au projet ne semble pas gêner Maxence Henri et Nathan Legatelois. « Par notre participation au MAF, on va pouvoir approfondir nos connaissances ce qui est important dans cette année très amputée par le Covid », estiment les deux lycéens de 16 ans, qui envisagent déjà tous les deux de poursuivre leurs études après le bac pro.
« Pouvoir participer au Maf, y avoir ou pas décrocher une médaille, c’est obligatoirement un plus sur le futur CV. »
Les années passées, les candidats du lycée Ampère avaient réussi à aller jusqu’à la sélection régionale dont Zoélien Bethuleau et Florian Sibilleau, élèves aujourd’hui en terminale.

Article publié dans la Nouvelle République, le 12/02/2021